Top 5 des évènements clés à retenir sur les marchés ce mercredi

Investing.com – Voici les cinq principales choses que vous devez savoir sur les marchés financiers le mercredi 24 avril:

110 sociétés du S&P 500 ont déjà annoncé leurs résultats pour le premier trimestre jusqu’à présent cette saison, et 42 d’entre elles vont publier leurs chiffres ce mercredi.

Avant l’ouverture US, AT&T (NYSE: T) sera sous la loupe après que Verizon (NYSE: VZ) ait signalé un résultat mitigé mardi, tandis que les investisseurs digèrent les détails de la manière dont HBO prévoit de faire face au nouveau service de streaming de Disney.

Boeing (NYSE: BA) publie également ses chiffres trimestriels, avec une attention particulière portée sur la situation de son avion de ligne maintenu au sol, le 737 MAX.

Un autre composant industriel du Dow, Caterpillar (NYSE: CAT) permettra également de mieux comprendre l’état de l’économie mondiale.

Le rythme ne ralentira pas à la fermeture du marché, l’accent étant mis sur les chiffres de Facebook (NASDAQ: FB), Microsoft (NASDAQ: MSFT) et Visa (NYSE: V). Les analystes suivront de près l’engagement des utilisateurs de la société de médias sociaux et les progrès du service de cloud du géant de l’informatique, tandis que Visa offrira un aperçu de la situation actuelle du crédit dans la plus grande économie du monde.

En savoir plus: Les résultats du T1 de Facebook pourraient apporter du soutien aux acheteurs – Haris Anwar

Les amateurs et les vendeurs à découvert de Tesla (NASDAQ: TSLA) seront prêts pour le débat en cours avec la société, qui devrait connaître une perte après deux trimestres consécutifs de bénéfices.

Après que les bénéfices aient envoyé le S&P 500 et le Nasdaq à des niveaux records un jour plus tôt, les contrats à terme américains annoncent une ouverture plus prudente mercredi, avant une nouvelle averse de résultats d’entreprises.

A 12h15, les Futures Dow ont gagné 33 points, ou 0,13%, les Futures S&P 500 étaient à l’équilibre, alors que les Futures Nasdaq 100 ont engrangé 2 points, ou 0,02%.

Le S&P 500 a réussi à effacer toutes les pertes qu’il avait enregistré fin 2018, en clôturant mardi au-dessus du record en clôture précédent atteint le 20 septembre. Il a clôturé à seulement 0,3% en dessous du plus haut en séance atteint le 21 septembre à 2 940,91.

Avec l’aide de la Réserve Fédérale souple jusqu’à présent cette année et les attentes du marché pour une baisse des taux d’intérêt, les bénéfices détermineront probablement à court terme si l’indice de référence mondial peut franchir cette étape ou rester hésitant avant la lecture de la croissance économique au premier trimestre vendredi.

Les prix du pétrole ont mis fin à une série de deux jours de hausses mercredi, alors qu’une augmentation plus importante que prévu des stocks de brut américain a forcé la prise de bénéfices près des sommets de six mois.

À 12h30, les Futures du Pétrole brut US ont chuté de 27 cents, ou 0,4%, à 66,03$, tandis que le Pétrole Brentl a perdu 6 cents, ou 0,1%, à 74,45$.

L’American Petroleum Institute a annoncé mardi soir que les stocks de pétrole brut avaient augmenté de 6,9 millions de barils la semaine dernière. Les données officielles du gouvernement de l’Energy Information Administration seront publiées à 16h30, alors que l’on s’attend à une accumulation de 1,26 million de barils.

Le prix du pétrole West Texas Intermediate est encore en hausse de plus de 3% cette semaine après que les Etats-Unis aient annoncé lundi la levée de toutes les exemptions de sanctions contre l’Iran, exigeant des pays qu’ils arrêtent les importations de pétrole de Téhéran à partir du mois de mai ou faire face à des sanctions de Washington.

Barani Krishnan, analyste principal des matières premières sur Investing.com, a toutefois indiqué que l’interdiction totale du pétrole iranien place l’Arabie Saoudite entre le marteau et l’enclume, prise entre le président américain Donald Trump et Moscou.

« Cette double stratégie saoudienne consistant à sembler répondre au besoin de Trump de faire baisser les prix du pétrole sans vraiment les satisfaire, et de persuader les Russes de suspendre les augmentations de production aussi longtemps que possible, n’aura probablement pas d’effet durable », a-t-il averti.

La Banque du Canada annoncera sa décision de politique monétaire mercredi à 16h00 et devrait maintenir les taux d’intérêt inchangés, dans ce qui sera le début d’une phase d’attentisme chez les banques centrales mondiales.

La banque du Japon et la banque centrale de Turquie devraient faire de même, sans aucun changement prévu jeudi.

Les trois annonces de politique monétaire précèdent les décisions de la Réserve Fédérale et de la Banque d’Angleterre la semaine prochaine.

La Fed, qui a été la première des grandes banques centrales à entamer un durcissement de sa politique monétaire, a changé d’avis cette année en s’engageant à être «patiente». En fait, selon le Baromètre des taux de la Fed d’ Investing.com, les marchés donnent actuellement une probabilité de plus de 50% pour que Powell et son équipe réduisent leurs taux d’ici la fin de l’année.

Les négociations commerciales entre les deux plus grandes économies mondiales devraient reprendre la semaine prochaine à Pékin, dans l’intention de rédiger un accord avant juin.

Sarah Huckabee Sanders, attachée de presse américaine, a indiqué mardi soir que le représentant du commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, rencontreraient le vice-Premier ministre chinois Liu He le 30 avril à Pékin.

Liu rendra la pareille en se rendant à Washington pour une autre ronde de négociations le 8 mai.

« Les discussions de la semaine prochaine porteront sur des questions commerciales, notamment la propriété intellectuelle, le transfert forcé de technologie, les obstacles non tarifaires, l’agriculture, les services, les achats et le respect des règles », a déclaré Sanders dans un communiqué.

Les deux parties cherchent à obtenir un projet d’accord d’ici la fin du mois de mai, a déclaré une personne proche du dossier, selon Bloomberg.