StockBeat: Il est temps que la zone euro fasse appel à Guardiola

Investing.com – Les marchés boursiers européens se replient de nouveau jeudi, à la suite d’enquêtes auprès des entreprises qui ne font que renforcer les craintes que le continent ne soit pris dans une guerre commerciale qui ne cesse de s’aggraver entre les États-Unis et la Chine.

La lecture «flash» de l’indice des directeurs d’achats de la zone euro d’IHS Markit pour le secteur manufacturier est tombée de 47,9 en avril à 47,7 en mai, décevant les espoirs de hausse. L’indice avait baissé pendant huit mois consécutifs avant de remonter légèrement en avril, laissant espérer que le pire du ralentissement était passé.

Le PMI des services de la zone euro a également indiqué que la croissance avait ralenti en mai, bien que des aléas statistiques aient conduit à une hausse du PMI composite de 51,5 à 51,6 en avril.

A 11h10, l’indice de référence STOXX Europe 600 était en baisse de 3,4 points, soit 0,9% à 375,80. L’allemand Dax et le français CAC 40 étaient tous deux en baisse de 1,6%, en dépit de l’indice PMI français en hausse plus forte que prévu. Le britannique FTSE 100 a perdu 1,1%.

« Le malaise du secteur manufacturier allemand se traduit désormais de plus en plus par des pertes d’emplois dans le secteur », a déclaré Jan van Gerich, analyste chez Nordea, via Twitter. « L’emploi dans les services est toujours clairement en territoire de croissance, mais il reste encore à voir combien de temps. »

Howard Archer, conseiller économique en chef du ITEM Club d’EY, a noté que l’activité commerciale était à son plus bas niveau depuis novembre 2013, tant dans le secteur manufacturier que dans les services dans le bloc monétaire «frôlant la stagnation».

La faiblesse du moteur de la zone euro a été corroborée par une nouvelle baisse de l’indice Ifo du climat des affaires en Allemagne, qui a également diminué pour la huitième fois en neuf mois.

« L’économie allemande perd de la vitesse », a déclaré l’Ifo. « Les entreprises sont moins satisfaites de leur situation actuelle. Le faible optimisme pour les mois à venir, observé en mars, s’est encore évaporé. »

À l’évidence, il n’existe qu’une solution pour l’économie européenne: confier la responsabilité à Pep Guardiola.

L’entraîneur de football espagnol, qui vient de polir sa réputation déjà prestigieuse en remportant les trois compétitions nationales de clubs anglais avec Manchester City lors de la saison 2018/2019, serait sur le point de passer à la Juventus (MI: JUVE). Les actions du club ont augmenté de 8% depuis que la nouvelle est sortie mercredi.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé