StockBeat: C’est au tour de Lufthansa de peser sur les compagnies aériennes

Investing.com – Les actions des compagnies aériennes européennes subissent une nouvelle pression en début de séance lundi, après que la compagnie allemande Lufthansa ait publié le plus récent – et sans doute le plus horrible – communiqué d’une série d’avertissements sur les bénéfices du secteur ces dernières semaines.

À 10h30, Lufthansa (DE: LHAG) a perdu 12% de sa valeur, après que la société a annoncé que sa filiale Eurowings perdrait de l’argent cette année en raison de la surcapacité persistante et de la féroce concurrence dans le secteur low cost. Il a également déclaré que ses opérations de fret seraient moins rentables que prévu. Même les revenus unitaires de la marque principale Luthansa, avec ses vols long-courriers plus isolés, devraient maintenant baisser au cours de l’exercice par «un faible pourcentage à un chiffre». En conséquence, elle réduit ses projets d’extension dans cette région et ne voit plus qu’une augmentation «marginale» de sa capacité au cours de la prochaine saison hivernale.

La compagnie aérienne basée à Francfort a déclaré avoir également mis de côté 340 millions d’euros pour une éventuelle facture fiscale liée à des problèmes remontant à 18 ans.

La nouvelle a suscité une autre réévaluation générale du secteur: les concurrents low-cost ont le plus souffert de l’impact, sur EasyJet (LON: EZJ) de 3,7%, Wizz Air (LON: WIZZ) de 2,6% et Ryanair Holdings PLC (LON: RYA) a perdu 3,6%, mais Air France KLM (PA: AIRF) a également perdu 3,5% et International Airlines Group (LON: ICAG ), société mère de British Airways et d’Iberia, a reculé de 2,8%.

Ils ont tous sous-performé l’indice de référence Euro Stoxx 600, qui était resté inchangé à 378,92 points. L’allemand Dax a perdu moins de 0,1%, tandis que le britannique FTSE a ​​enregistré une hausse tout aussi modeste au début de la semaine, à l’ombre de réunions importantes de la banque centrale.

La facture fiscale de Lufthansa a ajouté un élément de surprise à un récit de malheur par ailleurs prévisible: les coûts chez Eurowings ont également été plus élevés que prévu et la société a annoncé qu’elle dévoilerait «sous peu» de nouvelles mesures de réduction des coûts; les coûts de carburant ont augmenté parallèlement aux prix du pétrole – Lufthansa s’attend désormais à ce que la facture de carburant de son groupe pour l’exercice en cours dépasse de 550 millions d’euros (615 millions de dollars) le montant estimé précédemment; et l’économie européenne s’est affaiblie (la Deutsche Bundesbank a abaissé au début de ce mois ses prévisions de croissance pour 2019 en Allemagne, le marché intérieur de Lufthansa, à seulement 0,6%).

Le ralentissement économique oblige les compagnies européennes de transport à courte distance à payer le prix fort pour avoir raté une occasion en or de supprimer la capacité excédentaire du marché en 2017, lorsque Air Berlin s’est effondré. Au lieu de cela, dans une crise collective de surconfiance, il y avait une lutte indigne pour des parts de marché, dans laquelle Lufthansa était l’un des partis les plus coupables, achetant la plupart des activités d’Air Berlin à un prix réduit de 210 millions d’euros.

Les conséquences en sont désormais évidentes: l’indice STOXX Europe Total Market Airlines est en baisse de 13% sur l’année, plus que tout autre indice sectoriel majeur.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé