ACtualites du marche des changes

forex-market

L’actualité matinale du marché des changes du 7 février

En Asie, les données économiques australiennes ont attiré toute l’attention aujourd’hui des traders. Selon les chiffres communiqués par le bureau australien des statistiques, les ventes au détail ont augmenté moins que prévu, de 0.2% en données corrigées des variations saisonnières alors que les économistes s’attendaient à une progression de 0.5% en décembre. Ces chiffres soulignent que la consommation en Australie est toujours en phase de reprise et que les consommateurs restent prudents. Suite à ces données, le dollar australien a chuté d’environ un quart de cent face à l’USD avant de reprendre très rapidement le terrain perdu. L’Aussie n’a en revanche pas été affecté par la publication de l’indice de la construction de l’Australian Industry Group qui a chuté de 3.6 points à 40.2 en janvier sur un mois, ce qui indique une contraction de l’activité.
L’Europe s’est éveillé dans le vert aujourd’hui, le Dax, le CAC 40 et le Footsie évoluant en hausse à l’ouverture des marchés financiers. Les indices européens ont été porté par un retour en force de la monnaie unique européenne qui a regagné toutes les pertes subies suite à la publication des chiffres du chômage aux Etats-Unis. L’euro a franchi de nouveau le seuil de 1.36 dollar et celui de 112 yens. La journée s’annonce plutôt calme pour la monnaie unique avec principalement le discours de Jean Claude Trichet devant le Parlement européen à 14H. Ce discours sera très suivi mais il ne devrait pas changer fondamentalement de celui tenu par le président de la BCE jeudi dernier. Ces propos moins alarmistes concernant l’inflation avaient pesé sur le taux de change de l’euro.
La chute de l’appétit au risque a en tout cas freiné le franc suisse ce matin, la devise chutant simultanément face à l’euro et au dollar. En revanche, le GBP était stable avant une semaine marquée par la réunion de la BoE.
Pour finir, la question de la dette reste toujours d’actualité mais elle s’est désormais reportée sur les Etats-Unis et surtout le Japon. Aujourd’hui, le gouverneur de la BoJ a pressé le gouvernement de réduire la dette du pays, quelques jours après l’abaissement de la note par S&P. Les risques concernant la dette japonaise sont différents de ceux de l’Irlande, des Etats-Unis ou de  la Grèce, puisque 95% des bons du Trésor sont détenus par des investisseurs japonais mais le problème reste toutefois entier pour les autorités politiques. Le yen n’a cependant pas répercuté l’appel du gouverneur ce matin.
En Asie, les données économiques australiennes ont attiré toute l’attention aujourd’hui des traders. Selon les chiffres communiqués par le bureau australien des statistiques, les ventes au détail ont augmenté moins que prévu, de 0.2% en données corrigées des variations saisonnières alors que les économistes s’attendaient à une progression de 0.5% en décembre. Ces chiffres soulignent que la consommation en Australie est toujours en phase de reprise et que les consommateurs restent prudents. Suite à ces données, le dollar australien a chuté d’environ un quart de cent face à l’USD avant de reprendre très rapidement le terrain perdu. L’Aussie n’a en revanche pas été affecté par la publication de l’indice de la construction de l’Australian Industry Group qui a chuté de 3.6 points à 40.2 en janvier sur un mois, ce qui indique une contraction de l’activité.
Lire la suite
banque_centrale_hongroise

Les nouvelles économiques du 7 février 2011

Actualité qui se concentre essentiellement sur les banques centrales.
Vendredi dernier, comme prévu par les analystes, la banque centrale indonésienne a annoncé une hausse de son taux directeur de 25 points de base, la première depuis août 2009. Cette hausse a pour but d’enrayer l’inflation, l’IPC affichant un regain à 7.02% en janvier.
En Turquie, la banque centrale est plutôt optimiste, s’attendant simplement à une légère hausse de l’inflation dans les mois à venir. Au cours du mois de janvier, l’inflation a atteint un plus bas en près de quatre décennies, à 4.9%. Entre-temps, sur la même période, les prix à la production étaient en hausse à cause d’une chute de la devise turque sur le marché des changes.
En Roumanie, sans surprise, la banque centrale a décidé de maintenir son principal taux directeur inchangé à 6.25%. Aujourd’hui, la banque centrale doit, au cours d’une conférence de presse, fournir le calendrier des réunions du comité de politique monétaire pour les 12 mois à venir.
Enfin, le gouvernement de Khartoum a démenti officiellement son intention d’abandonner la livre soudanaise site à l’indépendance du Sud du pays.
Actualité qui se concentre essentiellement sur les banques centrales.

Vendredi dernier, comme prévu par les analystes, la banque centrale indonésienne a annoncé une hausse de son taux directeur de 25 points de base, la première depuis août 2009. Cette hausse a pour but d’enrayer l’inflation, l’IPC affichant un regain à 7.02% en janvier.
Lire la suite
bull_marketet

Les prévisions du Forex du 7 au 11 février

La semaine dernière s’est conclue sur une note plutôt négative, les non-farm payrolls produisant un repli important sur les valeurs refuges, les chiffres communiqués étant particulièrement décevants. La semaine qui s’annonce est pour l’instant indécise. En effet, nul n’est vraiment en mesure de dire si l’aversion au risque va perdurer au cours de cette semaine. Une chose est sûre, l’actualité est plutôt calme pour l’EUR et l’USD.
L’euro risque d’être impacté cette semaine surtout par les publications allemandes, avec les commandes industrielles lundi, qui sont attendues en baisse, et la production industrielle le lendemain. L’indice Sentix de la zone euro devrait passer inaperçu lundi, comme d’habitude. Cependant, pour comprendre l’évolution de l’EUR/USD, encore faudra-t-il veiller de près les données américaines. La semaine pour le dollar américain commencera essentiellement jeudi 10 avec les inscriptions hebdomadaires au chômage, une baisse à 410 000 étant prévue. Cependant, les mauvais chiffres de la semaine dernière ne devraient pas être effacés par une éventuelle performance hebdomadaire. Ensuite, la semaine se terminera avec l’indice de confiance de l’Université du Michigan, attendu en légère hausse. Toutefois, étant donné que l’indice est publié très tard, il a souvent un impact mineur sur l’EUR/USD, nombreux étant les investisseurs qui se sont déjà retirés du marché pour le week-end.
La semaine risque d’être plus chargé pour l’AUD et le CAD. Les ventes au détail seront notamment très surveillées aujourd’hui en Australie, sachant qu’une hausse est attendue. De bons indicateurs risquent de renforcer encore un peu plus le dollar australien face à l’USD au-dessus de la parité. Il ne faut toutefois pas oublier que l’évolution de l’AUD et du CAD sont aussi liées à l’appétit au risque. Le 10, le taux de chômage sera également communiqué en Australie. Il est attendu en baisse.
Enfin, la livre sterling pourrait continuer son rallye haussier sur le marché des changes cette semaine. En ligne de mire, la réunion de la BoE qui ne devrait réserver aucune surprise. Reste toutefois à savoir si, la publication des minutes qui suivra par la suite, va montrer des changements d’opinion au sein du comité de politique monétaire. Au cours de la dernière réunion, deux membres ont plaidé pour la première fois depuis la crise de 2008 en faveur d’une hausse des taux directeurs. La publication des minutes aura donc un impact plus important que la réunion de la BoE en elle-même. Enfin, la production industrielle outre-Manche est attendue stagnante.
Pour suivre tous les indicateurs économiques, n’oubliez pas de consulter le calendrier économique de Forex.fr.
La semaine dernière s’est conclue sur une note plutôt négative, les non-farm payrolls produisant un repli important sur les valeurs refuges, les chiffres communiqués étant particulièrement décevants. La semaine qui s’annonce est pour l’instant indécise. En effet, nul n’est vraiment en mesure de dire si l’aversion au risque va perdurer au cours de cette semaine. Une chose est sûre, l’actualité est plutôt calme pour l’EUR et l’USD.
L’euro risque d’être impacté cette semaine surtout par les publications allemandes, avec les commandes industrielles lundi, qui sont attendues en baisse, et la production industrielle le lendemain. L’indice Sentix de la zone euro devrait passer inaperçu lundi, comme d’habitude. Cependant, pour comprendre l’évolution de l’EUR/USD, encore faudra-t-il veiller de près les données américaines. La semaine pour le dollar américain commencera essentiellement jeudi 10 avec les inscriptions hebdomadaires au chômage, une baisse à 410 000 étant prévue. Cependant, les mauvais chiffres de la semaine dernière ne devraient pas être effacés par une éventuelle performance hebdomadaire. Ensuite, la semaine se terminera avec l’indice de confiance de l’Université du Michigan, attendu en légère hausse. Toutefois, étant donné que l’indice est publié très tard, il a souvent un impact mineur sur l’EUR/USD, nombreux étant les investisseurs qui se sont déjà retirés du marché pour le week-end.
Lire la suite

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé