ACtualites du marche des changes

Tokyo vue

Le trade que tout le monde fait au sujet du Japon mais qui risque d’être une coûteuse erreur

Ces dernières semaines, beaucoup a été écrit au sujet de la situation économique du Japon, du déclin du yen et des conséquences possibles que ce cocktail explosif pourrait avoir sur le marché obligataire. Depuis de nombreuses années, entre traders, on ne parle que de ce gigantesque trade sur le Japon qui consiste à shorter les obligations étatiques nippones en espérant que le taux de rendement atteigne des sommets. Cependant, personne n’a encore vu ce trade se réaliser.

Et il n’est manifestement pas prêt de devenir réalité!

Ceux qui se sont positionnés à la baisse sur les obligations étatiques du gouvernement japonais risquent d’attendre longtemps avant de récupérer même une faible plus-value. Pire, ils pourraient même vite se rendre compte de leur erreur et perdre pas mal d’argent sur un trade qui est au final très hasardeux.

Lire la suite
Banque dAngleterre_Soros

George Soros va-t-il encore faire sauter la Banque d’Angleterre?

George Soros est sur le point de réitérer son exploit 21 ans après. Le célèbre spéculateur fut l’un des premiers à investir sur les deux monnaies les plus haïes du moment: le yen japonais et la livre sterling.

Depuis novembre, George Soros aurait réussi à gagner près d’un milliard de dollars en shortant le yen sur le marché des changes. Il a simplement, comme le font souvent les meilleurs spéculateurs, porté intérêt aux rumeurs. L’annonce d’une nouvelle élection au Japon qui allait ouvrir la voie à une victoire de l’opposition constituait un moment clef pour les investisseurs car le PLD était connu pour être prêt à tout mettre en oeuvre pour faire baisser le yen face au dollar américain. Il suffisait, au final, de lire le programme du PLD ou la presse financière nippone pour comprendre ce qui allait arriver. Loin d’avoir une intuition extraordinaire, le nouveau succès de George Soros repose sur sa capacité à trouver l’information et à l’analyser. Evidemment, sa marge de manoeuvre financière entre aussi en compte!

Avec le succès du PLD lors des législatives de décembre, le yen s’est effectivement encore plus affaissé sur le marché à tel point que le nouveau gouvernement n’a pas hésité à mettre en avant une cible de taux de change face au billet vert à 100 yens!

George Soros a eu tout juste!

Il a agi de même avec la livre sterling qui est en train de faiblir depuis le début de l’année à un rythme plus que rapide à cause de perspectives économiques inquiétantes, d’une dégradation de la balance commerciale et de craintes que le nouveau gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE) soit tenté d’assouplir un peu plus la politique monétaire britannique. Comme de nombreux spéculateurs, George Soros s’est donc empressé de shorter la livre sterling face à ses principales contreparties avec un succès certain. En pleine crise des subprimes, on pouvait encore souligner que la devise britannique fait office de valeur refuge face au dollar ou même à l’euro fragilisé par la crise de la dette, ce n’est plus le cas de nos jours.

Lire la suite
Drapeau UK_Forex

Fiche technique sur le PIB britannique

Le Produit Intérieur Brut britannique ou PIB est la somme des valeurs ajoutées réalisées au Royaume-Uni par l’ensemble des secteurs d’activité (qu’on augmente des taxes et des droits de douane), indépendamment de la nationalité des entreprises.

La croissance du PIB est un indicateur de performance permettant de révéler la santé économique du pays. Cette information permet de calculer le PIB par habitant qui est aussi égal au revenu par habitant, ce qui permet de mesurer le niveau de vie des Britanniques.

Cet indicateur est publié tous les semestres, on l’appelle alors le PIB Annualisé Trimestriel, par l’Office for Budget Responsibility ou OBR. Cette donnée détermine le changement annualisé de l’inflation, retranché de la valeur ajustée des biens et services produits par l’économie.

Lire la suite
yen cher

Risque politique et hausse du yen font l’actualité du 19 février 2013

Le yen continue de rester au coeur de l’actualité financière ce matin avec la publication du dernier compte-rendu de la réunion de la Banque du Japon (BoJ) de janvier. Pour une fois, ce compte-rendu était particulièrement intéressant puisqu’il a mis en évidence des dissensions au sein du Comité de politique monétaire. Sato et Kikuchi se sont ainsi élevés contre l’objectif d’inflation à 2% qui leur parait beaucoup trop loin de ce que la banque centrale est en mesure de faire, ce qui pourrait remettre en question la crédibilité de l’institution. Réagissant à ces propos, le Premier ministre Abe a souligné que si la BoJ n’est pas en mesure d’atteindre cet objectif, ce serait alors l’occasion de changer la loi régissant la banque centrale. Par ailleurs, hier soir, le ministre des Finances japonais a affirmé que Tokyo n’envisage pas le rachat de bons du Trésor étrangers, comme cela a pu être évoqué depuis quelques mois, ce qui semble crédibiliser la nomination de Toshiro Muto aux commandes de la banque centrale puisqu’il est également contre une telle mesure. Selon des commentateurs japonais, sa nomination devrait être officialisée seulement la semaine prochaine au retour du Premier ministre d’une visite aux Etats-Unis.

Ces différentes annonces ont en tout cas entrainé le yen à la hausse car elles remettent en cause la position jusqu’alors officielle de la banque centrale nippone qui était prête à tout pour sortir le pays de la déflation.

Lire la suite
Bundesbank forex.fr

Les nouvelles économiques du marché des changes du 19 février 2013

Les échanges hier étaient en baisse à cause de l’absence des opérateurs américains du fait d’un jour férié aux Etats-Unis. Par ailleurs, l’actualité macroéconomique était quasiment absente de la scène financière.

Peu d’informations ont circulé. On a seulement appris que, selon le rapport mensuel de la Bundesbank, l’Allemagne devrait éviter la récession technique en renouant avec la croissance dès le premier trimestre 2013 après un recul de 0.6% du PIB au quatrième trimestre 2012. Cet avis est d’ailleurs largement partagé par les économistes. Pour cette année, le gouvernement table sur une croissance à 0.4% contre 0.7% en 2012 avant un rebond de 1.6% en 2014.

Lire la suite

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé